Archives pour la catégorie Eve, lève-toi !

Pour tout savoir sur le sport

J’AI ESSAYE LA MARCHE NORDIQUE

Je plante un bâton, puis l’autre. Légèrement en arrière de mon pas. Je cale ma respiration. La marche nordique a quelque chose de spontané, d’évident. Ce matin là, j’ai une petite forme. Blottie sous ma couette, j’ai hésité à être au rendez-vous, le rond point à l’entrée du Stade équestre de Compiègne. C’est la troisième ou quatrième séance de marche  nordique et je ne sais pas encore ce qui m’a motivée.
Mes bâtons s’enfoncent dans le sol sablonneux, celui des allées cavalières. Mon pas est lourd, l’air aussi. Mes pensées méthodiques. J’ai le sentiment qu’une parenthèse de ma vie se referme : le temps de la convalescence, le temps d’un amour lumineux et de l’engagement.

Dans mon existence, je suis à la croisée des chemins  et mon nouvel itinéraire se dessine pas à pas. Mes idées s’enchaînent au rythme de mes foulées : c’est à la fois laborieux, paisible et efficace.
En retard ce matin là, à force de tergiversations, je n’ai pas pris le temps de déjeuner. Je sens pourtant chez moi une énergie résiduelle, celle que l’on a encore alors que l’on vient déjà de fournir un effort.

Peut-être que c’est dans ma tête que que je suis fatiguée …Je suis rapidement distancée par le groupe : ces femmes ont elles aussi leur parcours avec la maladie, souvent plus dur, plus long que le mien. Peut-être que c’est pour elles que je suis sortie de  mon lit, par respect pour leur belle énergie, leur esprit d’entraide. Souvent dans nos sorties, je les entends rire, au delà d’un bosquet qui me masque leur petite bande. Ce rire là est salutaire et fragile. Je voudrais les rejoindre, mais mon corps a son propre tempo.
Déjà, mon tee-shirt est poisseux. Il y a un an quand ce groupe n’était encore qu’une vague idée,  j’avais consulté le docteur Stéphanie Tragger, parce que pionnière dans le département  avec un atelier d’activités physiques adaptées créé dans son service d’oncologie à Senlis, et je l’entends encore me confier : « Pour limiter les effets secondaires de la chimio, aucun sport ne semble mieux qu’un autre. Mais pour réduire les risques de récidive, l’on sait une chose : il faut mouiller le maillot ».
Mon corps prend appui sur un bâton, puis l’autre. Ma détermination aussi. Notre coach Jérôme sort sa carte de la forêt de Compiègne. A ses sourcils froncés, je devine que la séance s’est rallongée involontairement. « Quelques fois, je ferai des petits tests comme ça », lance-t-il, mi-sérieux, mi-amusé. Cette fois-là, nous avons marché 9 km. La fois suivante, sur un parcours plus ramassé, Jérôme nous conduira sur un chemin plus escarpé.
Alors que l’on rejoint la clairière du départ et que l’on entame les étirements, je sens comme une grande détente en moi : un calme que je connais rarement, une confiance nouvelle dans ce corps blessé.

NDT

IMG_0348

C »pep’s, créé en mai 2013 à Compiègne, est un programme d’activités physiques adapté aux adultes atteints d’un cancer, en traitement ou en rémission. Il s’étale sur neuf mois et se compose de trois séances par semaine, en groupe, dont une de marche nordique. Pour en savoir plus, se renseigner auprès d’ AC2PEP’S.Tél : 06 23 06 32 74.