le bonheur à la carte : petit épeautre à la brousse de brebis


Retour des courses et envie d’un dîner rapide ?


Hop l’eau dans la casserole
. Avant l’ébullition, je rince les épinards, je coupe la pancetta, que je fais un peu fondre dans une sorte de faitout. Les épinards rejoignent la pancetta. Je jette les pâtes au petit épeautre dans l’eau. Quatre minutes plus tard, les pâtes sont égouttées, jetées dans le faitout. J’ajoute de la brousse de brebis. Je rectifie l’assaisonnement : du poivre du moulin suffit.


Des variantes que j’aime bien aussi
de huile d’olive et une gousse d’ail, des oignons ou des échalotes à dorer, avant de jeter les jeunes pousses d’épinards (à surveiller car ça cuit très vite ; être généreux sur les quantités, ça fond comme neige au soleil et éviter de couvrir : l’épinard prend alors un goût de salade cuite). J’apprécie aussi de la bresaola (boeuf mi-salé et séché) ou de la coppa, que j’ajoute à la fin, dans ce cas. Ou encore de la ricotta à la place de la brousse. C’est bon avec toutes les pâtes : lasagnes, gnocchis, raviolis aux épinards…

Apport nutritionnel : Les glucides, c’est bon pour le moral. C’est expérimenté ! Ils favorisent l’absorbtion des tryptophanes par le cerveau. Pour un effet longue durée, les pâtes devront être cuites al dente ( l’index glycémique est plus bas ainsi et on s’évite un pic d’hyperglycémie, suivi d’un gouffre d’hypoglycémie…Pas top pour l’humeur). Je choisis le petit épeautre pour le goût d’abord. Ensuite parce que c’est écolo (une céréale ancienne peu gourmande en engrais et en eau, voilà pourquoi elle est une alliée de l’agriculture bio). Enfin parce qu’elle contient, entre autres, de la vitamine B1 et du magnésium. Le mg2, pas besoin d’expliquer, c’est l’anti-stress par excellence. La vitamine B1 elle permet de transformer les glucides en énergie !

La brousse ou la ricotta, c’est pour le plaisir, l’onctuosité, le transport des flaveurs, mais c’est aussi pour les fameux tryptophanes.  Et l’on peut déjeûner ou dîner en paix : la brousse utilisée pour cette recette affiche un petit 11% de matières grasses.

Enfin, les épinards. Peu de fer, mais de la vitamine B9 et c’est tout aussi bien. Cela permet d’activer la dopamine et la noradrénaline. Cette dernière joue le rôle d’un neurotransmetteur, utile à l’attention, la vigilance, les apprentissages mais aussi les cycles du réveil et du sommeil etc 

Vocabulaire (suite à une question de ma première lectrice préférée) : Le terme flaveur est un dérivé du terme anglais flavour, lui-même issu de l’ancien françaisflaour et du latin flare. Ce mot désigne l’ensemble des sensations perçues à partir de la bouche : goûts (saveurs) et odeurs (arômes) mêlés (wikipédia).

Conclusion : Un ami à qui j’avais fait goûter la version la plus gourmande – épinard, gorgonzola, mascarpone et gnocchis – m’avait fait ce commentaire : « c’est une super recette pour faire manger des légumes verts aux plus récalcitrants ».

NdT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>